Depuis le décès de Tony, François a continué de vivre à San Francisco. Pour la forme. Un matin, le jeune Mathias entre dans sa vie par effraction. Pour lui écrire un passé supplémentaire.

Un roman solitaire, chuchoté à la première personne à l’autre bout du monde, sur la falaise des mots. Sorti le 6 décembre 2018.

Ni attaché de presse. Ni distributeur. C’est un produit totalement artisanal. Cousu main. Et libre.

Les bénéfices seront versés à l’association Help Animals à Bruxelles.

Vous le trouverez en ligne en versions numérique et brochée.

VERSION BROCHÉE

EBOOK (LIVRE NUMERIQUE)

La couverture du roman

Couverture : Christelle Delhoye

Les premières lignes du roman

San Francisco, juin 2014.

Cette chambre dont j’ouvre la fenêtre pour faire circuler le jour. Cette citation encadrée de Wilde qui dit que les gens qui s’aiment vraiment ne devraient jamais se marier.

Ta photo au mur (tu avais 22 ans) qui me rappelle nos premières vacances dans un hôtel, à Ostende. Ce tableau de Luke Chueh où un ours tient un chat dans ses bras.

D’une pièce à l’autre, comme s’il était écrit à vendre, ce qu’il reste de nous et qui m’a été légué.

Voici le salon, où j’ai installé une immense table de bois. La bougie artisanale de la petite boutique de Castro Street vient d’être remplacée. On y vend encore l’eau de toilette de myrrhe, de ciste et d’encens que tu aimais tant que je porte.

C’est notre vie et c’est déjà une autre. Je m’y accroche encore un peu, avec mon air de nier ton absence. Elle pèse lourd.

Je suis arrivé ici un jour de septembre. J’ai défait ma valise et elle s’est renversée comme une bouteille se brise dans le fond de la mer; personne n’a rien vu, n’a rien su, n’a rien entendu, pas un bruit. Il y a ce que l’on dit et ce que l’on traîne.

Je t’ai emmené là et je t’ai perdu là. Avec la même incapacité à donner une logique, un sens commun aux événements, à savoir ce que j’ai maîtrisé, causé, construit, détruit. Tu es parti avant la fin des travaux sur la 11e rue.

« On ne choisit pas le moment où la disparition d’un proche pèse à peu près pareil que les regrets et la liste des courses. Où on se décide qu’il faut changer la photo au mur et la remplacer par une plus belle, en mémoire de, sans redouter qu’on soupçonne de nous une volonté de ne plus porter le deuil. Ce moment-là se présente au fond à peu près comme le reste : par accident. »

« Restons (encore un peu) vivants »
Roman à paraître en décembre 2018.

Presse – distribution

Journaliste, blogueur ? Vous souhaitez obtenir une version ebook (PDF, .ePub, .mobi)? N’hésitez pas à me contacter via le formulaire en ligne de ce site web. 

Pour les libraires et distributeurs, il est également possible de me contacter via cette page.

C’est (aussi) pour une (bonne) cause

Je m’y étais engagé et je m’y tiendrai. Je n’ai pas d’ambition particulière à la sortie de ce second roman. Dans un souci de transparence et d’indépendance, j’ai donc choisi la voie de l’édition à compte d’auteur. Dès lors, les bénéfices générés par la vente du livre (quel que soit son format) seront intégralement versés à l’association de protection des animaux Help Animals. 

Cette association est déjà soutenue par CedricFM Company SPRL, qui reverse – grâce au service en ligne de comptabilité Koalaboox – 2,5€ pour chaque facture acquittée.

Help Animals, association de protection des animaux.
%d blogueurs aiment cette page :